Structure Régionale Appui et Expertise Nutrition Professionnels des Pays-de-la-Loire Tél : 02 40 09 74 52
SRAE Nutrition
veille
 Les bulletins N°1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 sont disponibles dans votre espace adhérents                            

Bulletin N°8


Pour une utilisation raisonnée des laits de croissance

Dans la lignée de l’EFSA, l’ESPGHAN (Société européenne de gastroentérologie et nutrition pédiatrique) reconnaît que les préparations pour jeunes enfants (PPJE) constituent l’un des moyens, mais le pas le seul, pour améliorer le statut nutritionnel des enfants de 1 à 3 ans en terme d’apports en minéraux, vitamines et protéines. Une étude sur la composition de ces laits montre une extrême diversité dans l’offre avec parfois des excès de protéines et de sucres. L’ESPGHAN recommande donc d’être vigilant à la composition de ces laits. Il demande également une législation plus stricte sur le sujet.

https://www.cerin.org/rapports/pour-une-utilisation-raisonnee-des-laits-de-croissance/

• Les repas en famille comme gage de bonne santé

Il est acquis que la prise des repas en famille et à la maison serait, dès le plus jeune âge, un moyen efficace pour lutter contre les dangers d’une mauvaise alimentation et prévenir l’obésité infantile. Et pourtant, jusqu’alors aucune analyse de grande ampleur n’avait étudiée ce lien.
Selon cette méta-analyse, les repas traditionnels en famille permettraient de :

– favoriser une alimentation saine (riche en fruits et légumes) et même une alimentation « santé » riche non seulement en fruits et légumes mais aussi en fibres, en oméga 3 et pauvre en sel
– limiter les risques de « malbouffe » (boissons sucrées, fast-food et autres aliments sucrés et/ou gras/ et/ou salés)
– réduire l’Indice de Masse Corporelle.
https://www.cerin.org/etudes/les-repas-en-famille-gage-de-bonne-sante/
article initial en anglais : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/obr.12659

• Quand les jeunes enfants apprennent à manger une grande variété de textures

Pour la première fois en France, des chercheurs de l’Inra, en collaboration avec l’entreprise Blédina, ont étudié la question de l’âge à laquelle la diversité de textures peut être proposée. En Europe, le comité de nutrition de la société de gastroentérologie pédiatrique (ESPGHAN) a émis un avis en 2017 encourageant à une introduction des morceaux. Des études observationnelles suggèrent en effet qu’une introduction trop tardive des morceaux serait associée à des refus alimentaires à 18 mois et à des moindres consommations de fruits et légumes à 7 ans. Dans cette étude de l’INRA, les chercheurs ont montré que les enfants acceptent en petite quantité la plupart des textures à un âge plus précoce que ce que leur proposent généralement leurs parents à la maison.

http://presse.inra.fr/Communiques-de-presse/Jeunes-enfants_textures

• Influence de la taille des portions proposées sur les prises alimentaires suivantes

Article faisant état d’une expérience réalisée sur 250 adultes en Angleterre. Trois tailles de portions de différents aliments étaient proposées aux participants le premier jour, puis le jour suivant l’individu choisissait lui-même sa portion, ainsi qu’une semaine après. Les résultats montrent que :
- Une taille réduite de portion imposée un jour entraîne le choix d’une portion plus petite le lendemain.
- Consommer une portion réduite d’aliment lors d’un unique repas modifie à la baisse notre perception de la portion normale, et ce, pendant au moins une semaine.
- Aucune modification de perception de faim et de satiété n’a été décrite parmi les individus, quelle que soit la taille de la portion initiale.
Ces résultats suggèrent que la modification à la baisse des portions alimentaires mises à disposition pourraient impacter favorablement nos consommations et comportements alimentaires, sans impact sur nos sensations de faim et satiété.

https://www.sucre-info.com/document/reduire-taille-portions-renormaliser-nos-consommations/

https://academic.oup.com/ajcn/article/107/4/640/4964655

• Association entre l’omission du petit-déjeuner des parents et le développement de l’obésité et du surpoids de leurs enfants

Etude japonaise de cohorte ayant suivi pendant 10 ans plus de 40 000 enfants et leurs parents. La consommation quotidienne du petit-déjeuner des parents était demandée à l’inclusion des enfants puis à leur 9 ans. Cette habitude de consommation des parents a été corrélée avec celle des enfants à l’adolescence ainsi qu’au poids de ces enfants.
Les principales conclusions sont :
- Les enfants dont les parents ne consomment pas de petit déjeuner sont plus enclins à ne pas en consommer.
- Cette relation est plus marquée quand les deux parents ne consomment pas de petit déjeuner et quand ce modèle perdure au cours de l’enfance.
- Le fait de ne pas consommer de petit déjeuner dès le plus jeune âge augmente le risque de survenue d’un surpoids ou d’une obésité pendant l’enfance.
Association between skipping breakfast in parents and children and childhood overweight/obesity among children: a nationwide 10.5-year prospective study in Japan. Okada C, Tabuchi T, Iso H. Int J Obes (Lond). 2018 Apr 23. doi: 10.1038/s41366-018-0066-5.

https://www.sucre-info.com/document/petit-dejeuner-surpoids-affaire-de-famille/

• Enquête OPINIONWAY sur les Aliments de l’enfance en collaboration avec l’AFNOR (Agence Française de NORmalisation)

Enquête réalisée auprès d’un panel de 1003 parents d’enfants âgés de 0 à 3 ans sur l’été 2018. Les principales conclusions sont les suivantes:
- Plus de 9 parents sur 10 (93%) rencontrent des difficultés pour alimenter leur enfant âgé de 0 à 3 ans, s’interrogeant notamment sur les quantités (73%) mais également sur la qualité et le niveau de sécurité (70%) des aliments à lui donner.
- 8 parents sur 10 ont déjà alimenté leur enfant de moins de 3 ans avec les mêmes aliments que ceux qu’ils consomment eux-mêmes, 58% le faisant de manière quotidienne.
- En magasin, 70% des répondants ne savent pas quel produit alimentaire acheter à leur enfant en dehors du rayon “bébé”.
- 6 parents sur 10 (61%) ont déjà acheté un produit alimentaire qui s’est avéré non adapté à leur enfant.
- Les parents attendent plus d’informations sur le sujet
- Ils demandent des normes officielles pour orienter leurs choix en magasin.


https://www.opinion-way.com/fr/sondage-d-opinion/sondages-publies/opinionway-pour-le-sfae-aliments-infantiles-et-normes-afnor-octobre-2018/viewdocument.html

Communiqué de presse sur le lancement du logo : https://afpa.org/content/uploads/2018/10/Communiqu%C3%A9-de-Presse-Norme-AFNOR-16oct2018-VDEF.pdf

• Rapport et Avis du Conseil National Alimentation (CNA) « alimentation favorable à la santé »
Avis consultatif issu des groupes de travail menés par le CNA en 2017 et 2018. L’objectif de ce travail était de répondre à la question : Qu'est-ce qu'une alimentation favorable à la santé et comment l'assurer pour tous ?
Il en ressort 4 grandes recommandations :
- Améliorer l’efficacité des politiques publiques de l'alimentation
- Lutter contre la précarité alimentaire
- Mieux produire, mieux transformer et mieux distribuer
- Améliorer l'éducation à l'alimentation et l'information des consommateurs

https://www.cna-alimentation.fr/v2/wp-content/uploads/2018/09/CNA-Avis-81-Alimentation-favorable-%C3%A0-la-sant%C3%A9.pdf
https://www.cna-alimentation.fr/v2/wp-content/uploads/2018/10/Avis-81-R%C3%A9sum%C3%A9-4-pages.pdf

• Nutrition et cancer : livret « à table »_Fondation ARC

Ce livret propose des repères sur ce que l’on cherche à savoir sur les risques d’un déséquilibre alimentaire pendant et après la maladie. Le lecteur y trouvera également des astuces pour retrouver le plaisir de manger et préserver sa santé.

https://www.fondation-arc.org/support-information/livret-a-table

• Les dangers des régimes pour les personnes âgées_JM Lecerf

Diaporama présenté aux journées Nutrition de l’institut pasteur de Lille

https://fr.calameo.com/read/0038952360b174171307f?showsharemenu=false

 

• Effet indépendant d’un programme d’exercices de résistance sur la prévention du surpoids chez les jeunes

Cette méta-analyse de 18 essais sélectionnés et publiés entre mai 2016 et juin 2017 dans 7 bases de données et menés dans 8 pays, porte sur l'effet de l'entraînement en résistance sur le statut pondéral des jeunes de 5 à 18 ans. Elle a permis de conclure notamment que :
- Les effets des exercices de force chez les jeunes apparaissent significatifs sur le % de graisse corporelle et l’importance des plis cutanés ;
- L’analyse constate également une meilleure contraction et un renforcement musculaire et osseux, qui expliquent la réduction du taux de graisse corporelle ;

Sports Medicine - Open 20 August 2018 DOI : 10.1186/s40798-018-0154-z The effect of resistance training interventions on weight status in youth: a meta-analysis

https://www.santelog.com/actualites/obesite-infantile-des-squats-et-des-pompes-contre-le-surpoids

• Rapport « enfance et numérique », Fondation pour l’enfance

Les objectifs de ce rapport étaient de cerner les attitudes et comportements des enfants vis à vis des écrans numériques, les motivations, freins et perception de leurs parents ainsi que l’information sur l’utilisation des écrans numériques. Il ressort de cette étude notamment que 58% des enfants de moins de 6 ans utilisent un (ou des) écrans numériques mobiles. C’est le cas de 45% des enfants âgés de moins de trois ans. L’âge moyen de démarrage est de 5,3 ans mais 20% des parents ont des enfants qui ont démarré à 1 ou 2 ans.

https://www.fondation-enfance.org/wp-content/uploads/2018/11/Fondation-pour-lEnfance-Etude-petite-enfance-et-num%C3%A9rique-juillet-2018.pdf

• Programme « Art de Faire culinaire au collège »

Ce programme d’éducation à l’alimentation au collège est composé de 5 modules, regroupant plusieurs actions complémentaires autour de l’alimentation dans le but de rendre les adolescents acteurs de leur consommation. Un programme au service des équipes éducatives, en faveur des élèves et intégrant les familles.

http://cpe.ac-dijon.fr/spip.php?article780

• Faire le tour de la nutrition en promotion de la santé en 180 min…ou presque !

Document réalisé par l’IREPS Bourgogne reprenant l’ensemble des données et actions en nutrition (recommandations générales, spécifiques, données probantes, alimentation et précarité, etc.).

https://ireps-bfc.org/sites/ireps-bfc.org/files/2018dossier_doc_sesa-nutrition.pdf



                                                                                       


Agenda
Exposition Microbiote d'après "le charme discret de l'intestin"
3e journée innovation en santé publique