Structure Régionale Appui et Expertise Nutrition Professionnels des Pays-de-la-Loire Tél : 02 40 09 74 52
SRAE Nutrition

Focus métier : Marylène Seité, diététicienne au CH Erdre et Loire

Marylène nous a reçus avec un grand sourire dans son bureau au centre hospitalier Erdre et Loire à Ancenis. Elle nous a raconté son parcours et son métier qu’elle exerce avec conviction depuis quinze ans.

Marylène Seité_photo 2

Marylène est bien dans son métier ! Pour autant, ce n’était pas une vocation : « J’ai passé un bac STL (sciences et technologies de laboratoire) car je voulais devenir laborantine. C’est une conseillère d’orientation qui m’a parlée du métier de diététicienne, qui offrait plus de perspectives ». C’est donc cette voie-là que Marylène décide d’emprunter.

Une diététicienne en cuisine
Son BTS diététique en poche, elle s’installe à Ancenis et décide de compléter son cursus avec une formation de 10 mois de responsable cuisine en petite collectivité à Jallais (49). Elle poursuit avec un CAP cuisine, ce qui lui permet d’être embauchée en 2002 à la cuisine du Centre Hospitalier de Candé : « Je m’y suis plu, je me suis sentie dans mon élément ». Une création de poste était prévue au CH d’Ancenis, poste qu’elle a pu intégrer en 2004 : « J’avais un mi-temps diététicienne et un mi-temps cuisine, je suis passée diététicienne à temps plein en 2009 ».

Priorité à la prévention
Marylène doit relever un challenge : « j’avais peu d’expérience et le poste de diététicienne était aussi une nouveauté pour le CH d’Ancenis. La contrepartie, c’est que j’ai pu bénéficier d’une grande autonomie ». Dès le début, ce qui lui tient à cœur, c’est la prévention : « en formation, cette dimension est peu abordée. Au CH, j’ai organisé notamment des journées sur l’alimentation à destination des soignants ». C’est dans ce même état d’esprit qu’elle aborde son travail auprès des patients : « pour moi, il y a tout un travail préalable pour connaître leur motivation, savoir s’ils sont prêts dans certains cas à s’engager dans une démarche de perte de poids… ».

En 2012, son parcours professionnel prend une tournure nouvelle grâce au Diplôme Universitaire en éducation thérapeutique qu’elle passe à l’IREPS (Instance Régionale d'Education et de Promotion Santé) : « cela m’a permis d’être plus à l’aise dans mon métier, mon discours et ma démarche ont évolué ».

Des missions avec tous les services
L’une de ses activités principales au CH consiste à répondre aux prescriptions des médecins : « 70 % des demandes concernent la dénutrition car il y a eu un gros travail de sensibilisation sur plusieurs années ». Les 30 % restants se répartissent entre le digestif, la nutrition entérale, les conseils alimentaires avant sortie, un peu de diabète et de cardiologie.
Autre mission de Marylène : le suivi des commandes des repas par les aides-soignantes afin de s’assurer que tous les régimes sont bien donnés aux patients.
Elle travaille aussi quotidiennement avec le responsable restauration pour améliorer l’alimentation du CH. Cela représente pour tous les sites pas moins de 1000 repas par jour !
En complément, Marylène consacre une demi-journée par semaine à des consultations externes.

La pédagogie à l’honneur
La formation des soignants occupe une place importante dans les missions de Marylène : « avec un seul temps plein de diététicienne, il faut autonomiser les soignants, que ce soit les infirmières, les aides-soignantes, l’équipe d’hôtellerie et de bio-nettoyage, ou les médecins de façon plus informelle ». La pédagogie lui tient d’autant plus à cœur qu’elle accueille régulièrement des stagiaires, pour leur transmettre non seulement un savoir-faire concret, mais aussi un savoir-être : « une diététicienne doit être à l’écoute, elle doit pouvoir s’adapter aux patients, au personnel, au contexte de travail… C’est la condition pour instaurer un climat de confiance ».

Quand on lui demande ce qui lui plaît en particulier en établissement hospitalier, Marylène évoque « le travail en équipe et la dynamique de projet qui permet d’éviter la routine ». Ainsi, elle participe depuis 2016 au groupe de travail activité physique qui a été constitué au CH en lien avec la SRAE Nutrition et qui met en place des activités comme le yoga, la marche ou la course pour les salariés. La prévention, toujours la prévention !

Propos recueillis par Anne-Cécile Adam

Retour aux actualités
Agenda
Conférence Benjamin Delessert
"Passerelle : de l'enfant à l'adulte, de la nutrition à la psychiatrie"