Structure Régionale Appui et Expertise Nutrition Professionnels des Pays-de-la-Loire Tél : 02 40 09 74 52
SRAE Nutrition

Focus métier : Marion Gassiot, chargée de projet nutrition à la ville de Nantes

Depuis des années, la Ville de Nantes est engagée sur les questions de nutrition, dans le cadre de sa politique de santé publique, avec une attention particulière à l'enjeu de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé. Nous avons rencontré Marion Gassiot, chargée de projet Nutrition au sein de la Direction santé publique de la ville de Nantes.

Marion Gassiot

Dans quel cadre institutionnel votre poste s’inscrit-il ?
Depuis mars dernier, la Direction de la santé publique est au sein du département prévention et solidarités de la Ville avec les directions du CCAS et le pôle développement territorial qui anime sur les territoires la mise en œuvre des 3 politiques publiques (santé, personnes âgées et inclusion sociale).
En tant que chargée de projet, je suis dans le pôle santé des populations avec mes collègues qui ont d'autres thématiques que sont la santé environnementale, la santé mentale, l'accès aux droits et aux soins, la réduction des risques/addictions. Nous favorisons une approche transversale des questions de santé. Ainsi, je travaille avec mon collègue en charge de la santé environnementale pour prendre en compte et agir sur les facteurs environnementaux en matière d'alimentation et d'activité physique. Par exemple, nous avons expérimenté un outil d'évaluation économique de l'impact sanitaire du vélo et de la marche avec nos collègues de Nantes métropole en charge des déplacements pour mesurer l'impact en santé de la politique de déplacements actifs (dont les aménagements pour la pratique du vélo).

La ville de Nantes poursuit un objectif politique fort autour de la santé publique : la réduction des inégalités sociales et de santé. C’est un enjeu qui doit être partagé entre les différents services de la ville, et la nutrition étant un sujet qui concerne tous les publics, cela m’amène à travailler avec un réseau d’interlocuteurs internes et externes : petite enfance, personnes âgées, restauration, déplacements, territoire… 

C’est cette même démarche transversale qui s'inscrit dans le cadre de la charte des villes actives PNNS (Plan National Nutrition Santé) signée en 2009 par la ville de Nantes. Cette charte nous engage à être garant des messages en nutrition et de la cohérence des actions, c’est une vraie dynamique interne que j’anime. Ce qui ne veut pas dire que nous n’avions pas d’actions autour de la nutrition avant 2009 : au niveau de la restauration scolaire, de la santé scolaire, des animations sportives dans les quartiers prioritaires… 

En quoi consiste vos missions à la ville de Nantes ?
Au quotidien, mon travail s'articule autour de trois missions :
- améliorer la connaissance des besoins de santé. La ville de Nantes a mis en place depuis 2009 une observation de la santé des Nantais afin d'aider à la décision des actions de santé prioritaires. Certains critères comme le surpoids/obésité et les caries dentaires chez les enfants sont des révélateurs d’inégalités sociales. A nous d’intégrer ces données pour adapter nos actions de prévention de la santé en nutrition et être au plus proche des réalités, en particulier dans les quartiers prioritaires.
- assurer le suivi des projets des associations soutenues dans le cadre du contrat local de santé.
- être ressource, accompagner la mise en place de projets nutrition.

Il s'agit de faciliter la mise en œuvre des projets en identifiant les interlocuteurs et structures à associer au projet, les instances de coordination à mettre en place ou sur lesquelles s'appuyer. Des groupes nutrition sont ainsi en place sur différents quartiers prioritaires de la Ville, dans le cadre des réseaux locaux de santé. Ils visent à fédérer des acteurs locaux (associations de quartiers, professionnels du champ socio-culturel, social…) autour des questions de santé pour qu'ils partagent une culture commune, se fédèrent sur des projets communs et que la nutrition santé soit présente dans le quotidien du quartier (ateliers cuisine, marches, projet de marché…).

Avec la SRAE Nutrition, nous avons créé un groupe de travail avec les associations ressources qui développent des projets en nutrition à Nantes, afin de se créer un cadre commun d'intervention. Nous partageons nos pratiques, nos valeurs en promotion de la santé pour une démarche commune et pour mener des actions qui répondent aux besoins et attentes des habitants. Il s'agit aussi que ces partenaires ressources participent à renforcer l’autonomie des acteurs locaux en tant qu'acteurs de santé.

Pourriez-vous me donner des exemples d’actions que vous menez ?
Il y en a beaucoup, en lien avec nos différents partenaires ! on peut citer quelques exemples :

Tous les ans, nous participons à l’événement national « la fête des fruits et légumes frais », qui se déploie dans de nombreux sites nantais : dans les quartiers, les écoles, les EHPAD, les structures multi-accueil… Nous l’organisons avec le partenariat d’Interfel, l’objectif étant d’aller au-delà de l’événement pour l’inclure dans un projet plus global.

Sur le territoire de Nantes Est, dans le cadre du réseau local de santé, nous travaillons en partenariat avec la Ligue contre le cancer et la Mutualité Française et les membres du réseau (ANAF...) sur un programme nutrition depuis plusieurs années avec différentes volets : l’accompagnement des animateurs d'ateliers cuisine dans leur rôle en nutrition/santé, la mise en place d'actions de sensibilisation comme avec le p'tit resto santé de la mutualité française, des cycles d'ateliers, la valorisation et mise en réseau des actions existantes.  

Dans le cadre du dialogue citoyen de la Ville, des jeunes ont souhaité partager sur les moyens pour eux de bien manger avec un petit budget, même en centre-ville. Une collègue de la Direction Vie associative et jeunesse m'a donc sollicitée et avec l’association Du pain sur la planche nous avons organisé un speed cooking pour, dans une ambiance conviviale et avec un mini atelier cuisine, partager sur les attentes et idées autour de l'alimentation. Une dizaine de jeunes ont participé et nous allons renouveler ce format sur un quartier pour approfondir ce diagnostic et les actions à mettre en place.

Quel a été votre parcours pour arriver à ce poste ?
J'ai une formation en santé publique : une maîtrise de sciences et techniques en santé publique à l’ISPED (Institut de Santé Publique, d'Épidémiologie et de Développement) de Bordeaux. A l’époque, c’était une formation novatrice, former des non médecins à la santé publique. J’ai pu aborder les questions de santé de façon transversale, à travers le droit, les statistiques, l’épidémiologie, l’éducation à la santé… J’ai complété mon cursus avec un DESS en promotion de la santé et développement social à l’école de la santé publique de Nancy.
Après un stage à Médecins du Monde, j’ai obtenu en 2003 mon premier poste à la ville de Nantes, où j’ai débuté sur l’éducation à la santé avec l'équipe de santé Scolaire. A partir de 2006, j’ai eu un poste partagé avec la nutrition. Mon poste est consacré uniquement à la nutrition depuis 2013.
Depuis que j’ai intégré les services de la ville de Nantes, j’ai pu être titularisée après avoir réussi le concours de rédacteur, puis celui d’attaché territorial. En 2014-2015, j’ai suivi la formation de formateur PNNS du CNAM, pour assurer l’accompagnement des Directions de la ville de Nantes sur la thématique de la nutrition.

Quelles sont vos satisfactions et vos difficultés ?
La thématique de la nutrition est d’une grande richesse, elle évolue tout le temps et concerne tous les publics. J’ai la chance de travailler sur des projets très variés, avec une multiplicité de partenaires. Ce qui me plait aussi, c’est la double dimension de mon poste, à la fois stratégique et opérationnelle.
La contrepartie, c’est qu’avec une telle diversité il y a beaucoup de demandes sur la nutrition et il faut savoir prioriser, parfois dire non à des projets. La multiplicité des acteurs n’est pas non plus toujours évidente.
D’un autre côté, la santé n’est pas toujours la priorité pour tout le monde, et là il faut savoir convaincre, mobiliser en interne.
Ce qui est également important, c’est d’être novateur, d’être capable de se renouveler sur les façons d’animer et conduire les projets.

Pourriez-vous nous parler de projets pour 2018 ?
En 2018, nous allons travailler sur l’accessibilité aux fruits et légumes de qualité pour tous dans le cadre du plan de transition énergétique. L’objectif est, en lien avec le Projet Alimentaire de Territoire de Nantes métropole et le PNNS, de développer des initiatives de proximité qui répondent aux besoins et attentes des habitants notamment avec le CCAS. Bien sûr, le travail collectif qui sera mené posera la question : « qu’est-ce qu’un fruit ou légume de qualité ? ».
Promouvoir la santé en nutrition est une belle aventure collective. Je retiens la phrase d'un formateur que nous avions eu en éducation pour la santé qui me guide dans les projets :  valoriser, mutualiser et enrichir.

Propos recueillis par Anne-Cécile Adam

Retour aux actualités
Agenda
40e congrès d'ESPEN
Université d'été de Nutrition à Clermont-Ferrand